Presque finis, les partiels ! En ce moment, ça reste cuisine minimale, sachant que sur les 4 plaques de la cuisinière, une seule fonctionne pour un appartement de 5 personnes... J'ai donc dû composer pour faire ce poulet coco avec les envies de cuisine des uns et des autres : prêter mon rice cooker pour le riz de Julie, prier pour que l'autre colocataire ne décide pas de se nourrir avant la sortie théâtre, remercier Saint-Casserole de la préférence allemande pour la charcuterie froide le soir...

Bref, un poulet réalisable avec une casserole et une plaque :
Poulet pané à la noix de coco, sauce coco
(le nom a au moins le mérite d'être explicite =)

Photo_248


Préparer le riz au rice-cooker (oui, du coup mon titre ne vaut plus, c'est de la triche).
Préparer la sauce : Faire revenir un oignon et un bout (un demi-pouce pour moi, mais c'est selon) de gingembre dans de l'huile d'olive. Saler. Lorsque l'oignon est translucide, verser une demi-briquette de lait de coco, 3 bonnes cuillères de curry en poudre, de la coriandre finement émincée, deux tours de moulin de poivre Laisser réduire, réserver.
Préparer le poulet pané : émincer finement du blanc de poulet, enduire les morceaux de farine, puis d'œuf battu avec du sel. Tremper dans une bonne poignée de noix de coco râpée; il faut que les morceaux soient tout blancs. Faire revenir à l'huile (j'ai préféré une huile neutre), retourner délicatement : ça cuit rapidement. Réserver.

En accompagnement, une invention de tomates : faire revenir deux gousses  d'ail finement hâchées,  ajouter deux tomates épépinées coupées en dés, saler, poivrer, ajouter un petit bout de gingembre râpé, une cuillère à soupe de Melfor (du vinaigre doux, ça marche aussi, sinon un peu de vinaigre de vin et un peu de sucre, à la rigueur), 4 gouttes de Tabasco. Laisser réduire.

Le Melfor, c'est pour la touche alsacienne. Parce que j'en ramène toujours de mes expéditions familiales, sous peine de pénurie. Parce que c'est presque un signe secret ("ah! tu connais!"), ce qui définit un peu mon identité (entendons nous bien : je suis certes plus douce que le vinaigre, la comparaison s'arrête là).  Parce que du coup, c'est un peu snob, mais pas trop, juste une attache aux racines.

I ♥ Melfor :

Photo_253