Hem... Moi qui pensais publier quelques recettes, je dois avouer être bien paresseuse depuis que je suis rentrée.
ça n'est pas la pluie qui manque...

Photo_023
Chat, Pluie

Mais mon père cuisine mille fois mieux que moi, donc j'apprends beaucoup mais je n'ai pas le droit de toucher aux casseroles.
Par contre, j'ai été multitaguée par Lili, l'occasion de partager un peu plus que mes plats - oui, je réponds aux trois, il faut croire que je suis en vacances ;). Le chat aussi doit répondre (hem, dans la mesure du possible bien entendu...)

1) Le chat et moi, Part One
* Quel aliment (produit) n’aimez-vous pas du tout ? La langue d'animal (les tripes en général ne sont pas vraiment ma passion), le cheval, les bonbons. Quant au chat...le chocolat?
* Nommez trois de vos aliments (produits) favoris ? Pour le chat, trop facile : lait, croquettes et croquettes.
Pour moi, je vais faire original : les harengs marinés (ceux de chez Ikea sont à tomber), le pamplemousse (pour des raisons sentimentales) et le gingembre, mais aussi le basilic, les cerises, la sauce soja, le fromage (tous les fromages !),le sésame, le riz japonais...
* Votre recette favorite ? J'adore les plats de poisson, crus (sushis et compagnie), marinés (mmmmm les harengs) ou cuits (la lotte à l'américaine...).
dois-je répondre pour le chat?
* Votre boisson de prédilection ? …Le thé! Avec une préférence pour les thés à la bergamote (l'Anastasia de Kusmi est une merveille)... Sinon, eh bien le champagne, tout simplement, ou le ti'ponch (pour des raisons sentimentales encore une fois)
* Le plat que vous rêvez de réaliser, mais que vous n’avez toujours pas réalisé ?  Je ne sais pas vraiment. Le problème réside dans les capacités limitées de ma cuisine d'étudiante : impossible de faire du foie gras ou de simples meringues, à cause de la qualité du four, donc je préfère réduire mes ambitions à ce que je peux faire.
Pour le chat, je ne pense pas qu'il ait vraiment envie de cuisiner.
* Votre meilleur souvenir culinaire ? J'en ai plein! Je prends un souvenir tout simple, la découverte du velouté de panais, dans un grand restaurant : en amuse-bouche, on nous avait servi trois petits tubes à essai, trois veloutés, l'un au topinambour, le second au rutabaga (je crois) et le troisième, pour ceux qui suivent, au panais, légume que nous ne connaissions pas -c'était il y a dix ans, j'ai quelque excuse. Une vraie merveille, un goût absolument renversant, celui qui ouvre les yeux sur la vraie vie -non, j'exagère à peine.
Le chat garde le secret là-dessus, je ne peux fournir plus d'informations.

2) Le chat et moi, Part Two (c'est tout de même un peu fastidieux toutes ces questions)
Couleurs préférées : Le rose (moi aussi Lili ;). Le jaune.
Matière préférée : la peau d'un amoureux, les poils de mon chat-moureux (pas la même chose attention)
Odeurs préférées : le gâteau au chocolat qui cuit (généralement, je pars en fermant toutes les portes juste pour le plaisir de rentrer dans la cuisine et de redécouvrir l'odeur), le basilic et les herbes en général, la peau d'amoureux (non, c'est pas la même chose que la question précédente)
Gourmandises préférées : les fruits secs et les graines
de wasabi
Ce que j'aime recevoir : des câlins (d'amis, de chats, de petit frère, d'amoureux...)
Le style de ma déco : hem : je trouve ça magnifique, les classeurs étalés sur le sol -le chat dort dessus, bien sûr-, les piles de livres, de CDs, de DVDs (chacun sa pile, attention!), le courrier en vrac dans un coin de bureau... En dessous de tout ce fatras, il y a de tout et de rien, accumulés au gré de mes folles aventures.

3) Le chat et moi, Part Three (quand même, je retrouve un peu mes travers de khâgneuses avec ce plan en trois parties : je crois que je vais problématiser tout ça et faire une conclusion digne de ce nom, et j'ai aussi oublié l'accroche, et je n'ai pas défini les termes du sujet. Flûte)
J'ouvre mon livre page 123 et j'en copie quatre lignes à partir de la 5ème (mais qui a fait cette règle ?):
"balcon maintenant plus que jamais le peuple a besoin de vos paroles d'encouragement,il ne put se dérober et entendit la clameur unanime qui s'infiltra dans ses entrailles comme un vent de mer agitée, que viva el"
On ne comprend pas grand chose, c'est normal, Gabriel Garcia Marquez fait des phrases très longues dans L'automne du patriarche, excellent par ailleurs si l'on aime des romans très poétiques.

Voilà tout. Le plus drôle arrive maintenant : il faut appeler d'autres blogueurs à répondre, sachant que certains n'aiment pas du tout ça, que d'autres sont tout le temps invités et que la troisième catégorie est si discrète...Eh bien, j'envoie ces tags comme on souffle sur les aigrettes de pissenlit, et si quelqu'un veut répondre, je l'y invite

grasset_larousse_100