J'aime tellement mon marché du samedi matin que souvent j'oublie complètement que je suis une jeune fille célibataire sans enfants, à appétit de moineau (oui, bon, un moineau gourmet quand même, genre moineau qui ne se contente pas d'une pomme et d'un yaourt pour la ligne). Je me ruine en courges, céleri branche, persil, poireaux et autres insanités pour les beaux yeux de mon maraîcher. De quoi nourrir une famille de cinq enfants avec labrador pour trois semaines. Au moins.
Et tout ça dans un contexte d'incertitude financière assez inquiétant, mais merci ça me suffit d'entendre des propos éminemment philosophiques de chacun de mes profs -sauf les plus intéressants, qui se gardent bien d'émettre des avis trop péremptoires- sur la question. Raison pour laquelle j'ai tout loisir de réfléchir pendant ces amphigouris à ce que je vais faire de mes légumes. De jolis mots, et un bouillon de légume qui m'a servi pour 6 repas différents. Rien que ça.

Bouillon de légumes partie 1 : La genèse

boullon

Dans une grande cocotte, faire revenir à l'huile d'olive un oignon, quelques branches de céleri, un beau poireau, un bout de butternut (encore et toujours elle!), tous finement émincés. Ajouter un grand volume d'eau (1litre, 1 litre et demi), quelques tiges de persil, du vert de poireau, quelques feuilles de céleri branche, trois clous de girofle, quelques graines de coriandre, deux feuilles de laurier, une pincée de gros sel. Porter à ébullition, appeler une copine, revenir quand c'est prêt (30 minutes minimum, ce qui permet de rentabiliser le temps en appelant DEUX copines). Passer le bouillon : le vert de poireau, les tiges de persil et les feuilles de céleri branche doivent être enlevés de la préparation, le reste des légumes est réservé à un autre usage...(la suite au prochain épisode).

Usages du bouillon parfumé :
- Ici, servi brûlant avec quelques crozets au sarrasin auxquels on ajoute
un peu de noix de muscade, une bonne cuillère de crème fraîche, quelques miettes de roquefort (âmes sensibles aux calories s'abstenir).
- Parfait aussi comme base de risotto (meilleur, quand même, que le Kub Or)
- Fond parfumé que l'on peut aussi ajouter aux préparations de viandes cuites longuement (comme eau de cuisson d'un tajine, par exemple)
- Base d'une soupe chinoise dont je vous parlerai très prochainement