Une prof de maths qui ricane "Hinhinhin, presque jamais personne n'a la moyenne à ce contrôle, pourtant c'est trop facile". 
Des vacances de Toussaint qui sont passées trop vite, avec ces révisions.
à peine le temps de profiter de la cuisine locale :

Photo_126


Quelques crevettes grises fraîchement pêchées, des coquilles Saint Jacques juste poêlées accompagnées d'endives cuites à la mandarine et d'un risotto au fond de langoustine, un rôti de veau grand-mère, des salades de fruits, du pain aux noix maison.

Photo_133

Photo_136

Un marché sous la pluie, je suis rentrée à Lyon chargée d'endives et de brioche (mais la brioche du marché, pas trop grasse, pas sucrée, est si bonne).
Et hier, le fameux contrôle, auquel j'ai sacrifié mes (dernières) vacances de Toussaint. Mon pantalon préféré, mon pull préféré (le vieux col roulé qui fait hurler d'horreur ma mère tellement il est vieux et moche), l'écharpe rayée piquée à ma mère. Une bouteille d'eau au cas où, une boîte de paracétamol, quelques poils du chat sur le pull. Tout ça pour ça. Un petit truc de rien du tout, fini en une heure, qui m'a permis de rêvasser pendant la deuxième.
Ce que j'aime bien dans les contrôles et partiels, c'est que je m'alloue le lendemain une vraie journée de vacances. Quelques heures dans la cuisine, le temps d'écouter mes CDs préférés, de lire les magazines en retard, de boire du thé en gratouillant le ventre du chat. Aujourd'hui donc, un gâteau ultra-moelleux aux châtaignes, une recette souvenir puisque je l'ai trouvée chez moi, dans le cahier de recettes de ma grand mère. J'ai juste légèrement (pour le moins) réduit les proportions de sucre et de beurre, et d'oeufs aussi. Tout ça pour un résultat aérien, hyper moelleux.
J'ai cherché sur internet des recettes équivalentes et n'ai trouvé que des ersatz à base de crème de marrons (beaucoup trop gras & sucré, d'après moi).

Photo_148

La première étape est la plus difficile : il faut préparer les châtaignes. Soit on achète une livre de châtaigne au marché à un monsieur qu'on aime bien et qui raconte avec émotions le rôti cuisiné aux châtaignes par sa femme ("c'est si bon"). Soit on achète un paquet de trucs surgelés Picard - ça doit être pas mal, après tout, et puis ça dépanne, mais bon, je ne pense pas qu'on puisse nous parler avec tant d'émotions des produits, et ça ne soutient pas la même économie. Ahem. On va dire que ça dépanne.
Bref, avec ces châtaignes, on va rigoler un peu. Inciser la partie bombée de chaque fruit, ébouillanter à l'eau pendant vingt minutes, peler (on enlève la grande peau et la petite peau, celle qui est collée à la châtaigne). ça a l'air tout bête, hein, mais ça prend un peu de temps. Par exemple, si vous n'avez pas trois heures devant vous, c'est mort. J'exagère à peine. Bref, une fois pelées, recuire les châtaignes dans un fond d'eau pendant vingt minutes. Passer encore chaud au moulin à légumes (grille fine) : ne surtout pas mixer, on doit obtenir un résultat comme ça :

Photo_140

Ajouter à ce fond 150 gr de sucre, un sachet de sucre vanillé, une pincée de sel, trois jaunes d'oeuf, 110 gr de beurre en pommade, trois blancs d'oeufs battus en neige ferme. Verser dans un moule et hopla! au four à 180°C, pour 30 à 40 minutes. Le gâteau est cuit lorsque les bords se détachent du moule. Laisser reposer, c'est meilleur froid.