Se promener entre chien et loup, voir tomber la nuit, apprécier le bleu électrique du ciel avec la douceur des Jeux d'enfants dans les oreilles, sous le bonnet en laine douce.
Plongée en ce moment, (entre autres, quelques pages par ci, quelques pages par là) dans L'histoire des légumes d'Evelyne Bloch-Dano, rencontrée samedi au fond d'une librairie lyonnaise. Un pur hasard, une jolie rencontre.
Chapitre cardon, artichauts. Si le légume semble quelque peu oublié, c'est une véritable institution lyonnaise que mon maraîcher m'a presque obligé à emporter, samedi. Je ne suis pas réticente aux nouveautés, mais :
1) Le cardon est un légume encombrant
Plusieurs apostrophes pour une jeune fille sage : "Eh, Mademoiselle, vous avez un arbre dans le dos". (variante de mon boucher-poète des saisons : une fleur géante).  Le cardon est un vaillant légume qui fait presque ma taille (ou l'inverse). D'ailleurs,son transport fut quelque peu ennuyeux, entre mon écharpe et mes cheveux pris dans les longues branches (le cardon, ça décoiffe). La lourdeur de l'objet n'est pas à démontrer, et je suis rentrée du marché plus fatiguée que d'habitude.
Le stockage de la bête n'est pas plus évident : il ne rentre pas dans le réfrigérateur, malgré plusieurs tentatives (enlever toutes les clayettes, essayer de le plier -ahah, la bête est coriace-), il tient  cependant très bien debout sur un balcon (remarquez, le balcon est un super garde-manger, je vais  y chercher mes carottes dans un petit meuble hors d'âge, et au moment du dîner, j'hésite, parfois longuement, entre pecorino sarde et parmesan coincés entre lesdites carottes).
2) Le cardon est un légume fatigué
Le teint pâle lui donne l'air d'un légume sans vitamine, d'un légume qui manque de sommeil, d'un légume en partiel (un peu comme moi, dirais-je). Nul couleur pétaradante, un bel ivoire. Un peu olivâtre. Tout pour plaire. En plus, il devient tout mou si on ne le stocke pas au froid. Très drôle pour jouer avec le chat.
3) Le cardon est un légume fastidieux
Un épluchage qui dure une heure. Une cuisson longue -blanchir 40 minutes, au bas mot. Le temps d'écouter quelques CDs.
Si j'en restais à mes travers de khâgneuses, j'aurais joliment problématisé tout ça : le cardon, mythes et réalité. Rupture et continuité. Des ambiguïtés.
Plan en deux parties : 1) Tagine de cardons au citron confit. 2) Tagine de cardons aux abricots secs et pignons de pin. Conclusion, ouverture.

1) Tagine de cardons au citron confit.

Photo_142

Faire revenir une poignée de graines de cumin, une càs rase de Ras El Hanout, quelques graines de coriandre. Retirer, faire chauffer de l'huile, y jeter une gousse d'ail et un oignon finement émincés, quelques branches de cardons. Ajouter les graines et poudre, saler, poivrer, ajouter un quart de citron confit finement émincé. De l'eau, pas trop, un verre ou deux.  Laisser mijoter à feu doux au moins une heure.  Ajouter de la coriandre, si le coeur vous en dit.
Le citron confit doit être bon. Le mien vient d'une épicerie magique, dans laquelle on trouve parfois de la semoule marocaine roulée à la main, des noix de pécan toutes fraîches, de grosses dattes d'Israel qui cotoient des dattes plus fines et moins sucrées de Tunisie, des pâtisseries orientales à se damner, d'énormes écorces de cédrat confites, des pistaches pas trop salées, de l'huile d'argan et des olives magnifiques. De précieuses provisionsque j'emporte, en petits sachets, de Boulogne à Lyon.

2) Tagine de cardons abricots secs, pignons.

Photo_172

Même procédure que l'autre recette, sauf que l'on remplace le citron confit par quelques abricots secs en lamelles, et qu'on ajoute à la fin des pignons de pin grillés. C'est ma version préférée.
On peut glisser dans ces recettes une viande, peut-être de l'agneau, ou du boeuf. Une viande qui a un minimum de goût, quoi. Que l'on fait griller avant d'ajouter les légumes.
Accompagner de thé vert, le midi, pour un déjeuner sur le pouce.
J'ai essayé aussi : le gratin de cardon à la moelle, comme Bocuse. Gras. Bof.

Ouverture: Je remercie Nathalie de m'avoir décerné un prix de blog. Il s'agit d'une éthique. Entre les blogs bio, les blogs qui se réjouissent de la victoire d'Obama, les blogs qui me ressourcent par leur approche de la cuisine, je ne saurais que choisir. (clic, clic, sur les liens). juste les remercier d'écrire.