Photo_204

(Pas un vrai Mojito, bien sûr. Le PCF vendant du Coca-Cola, mais où va-t-on? )

Les poignées de sable que l'on ramasse sur la plage et qu'on laisse filer entre les doigts, minuscules sabliers aux contours irréguliers, aux globes imparfaits puisqu'il y aura toujours quelques grains qui s'attacheront à la paume, comme s'ils ne voulaient pas participer de ce mouvement, comme si le temps n'avait rien d'inaltérable. Retenir le temps qui passe, avec lui. Les grains de sable ont filé curieusement ces dernières semaines, de rires et d'absences.

Les feuilletons de France Culture ont aussi une certaine sensualité temporelle. à leur manière. Du passé simple lu par une voix aux accents italiens, des histoires de Buick et de corsages rouges entre deux brèves grimaces (grève porcine, chômage Hadopi, pilules européennes), reste une amère mélancolie.

Revenons à nos saumons. A nos saumons en robe de cerfeuil, délicatement enrobés d'une croûte légère au sésame noir.

Photo_068

Pour deux personnes.
Préparer la pâte, la veille par exemple. Dans un saladier, mélanger 300 gr de farine, un verre de graines de sésame, une pincée de sel. Ajouter 2 càs de faisselle, 3 càs d'huile d'olive, un trait d'eau. Bien mélanger jusqu'à obtention d'une boule souple, filmer au contact, réserver au frais.
Préchauffer le four à 180°C.
Préparer le frichti de cerfeuil, en faisant revenir dans l'huile d'olive deux oignons nouveaux finement hachés (à défaut, des échalotes) et un bouquet de cerfeuil haché. Sel, poivre (du Cameroun par exemple, qui est assez corsé).
Séparer la boule de pâte en deux pâtons, les étaler en essayant de former un rectangle, c'est plus pratique. Y déposer délicatement un filet de saumon, un trait d'huile d'olive, le frichti de cerfeuil par dessus. Empaqueter amoureusement le tout avec la pâte au sésame, badigeonner de jaune d'œuf battu, laisser cuire pendant 30 minutes.
Déguster avec une salade verte, et un petit vin blanc, un Riesling par exemple. De chez Barmès-Buecher.