Quelques galipettes enfantines dans l'herbe un peu humide, un ours en peluche au sourire figé dans une poussette rose de poupée, des bouteilles fraîches de vin délicieux, le badge Action contre la faim savamment éclipsé sous l'étole du soir. Les enfants (en foison) dansent sur les Rolling Stones, courent parmi les gastronomes (protéger, surtout, le jus d'écrevisses aux amandes des ballons en plastique et des tornades riantes, des rondes et des farandoles écervelées). J'envie la robe fleurie d'une ravissante petite fille.

Les râbles de lapin juste poêlés au beurre, la polenta crémeuse au mascarpone et parmesan, le jus à l'estragon anisé de René Meilleur tombent juste. Goûts équilibrés, cuisson parfaite du lapin, douceur de la polenta.

Copie_de_Photo_036

Le Parmentier de queue de boeuf dans l'oeuf et sa brochette d'Angus à la réglisse de Nicolas Le Bec fait mouche. Le boeuf est parfait, le parmentier fondant et parfumé, la petite crème juste un peu granuleuse, le tout donnait une impression de rondeur, de saveurs parfaitement maîtrisées.

Copie_de_Photo_037

Emmanuel Renaut proposait des petites coques épatantes à la crème non identifiée (céleri branche ? céleri boule?  les deux ?) surmontée de fleurs non identifiées mais délicieuses (lhonneur est sauf!). Si quelqu'un est plus calé en herboristerie (c'est pas difficile), je suis preneuse d'informations. Le cube de brochet à la braise et son jus d'écrevisses et amandes n'était pas une mauvaise idée, mais la texture du cube m'a fondamentalement déplu (un peu gélatineux, pas du tout fondant comme une quenelle) et le bouillon était un peu écoeurant, surtout froid. (enfin, c'était tout de même agréable).

Copie_de_Photo_046

Copie_de_Photo_049

Last but not least, la féra grillée au pain, citron, bergamote, poireau et fenouil de Christophe Aribert était presque sublime. Les alliances de goût étaient subtiles, mais le pain grillé était peut-être un chouïa trop gras, et l'émulsion est vite retombée, le temps de retrouver une place sur la pelouse. (peut-être le plat était-il trop délicat pour un pique-nique ?).

Copie_de_Photo_051

Le fromage blanc de chez Mons était exquis : quelques radis en rondelles, une pincée de cumin et de la ciboulette fraîche, une simplicité déconcertante. J'ai même un ami qui en a repris deux fois.

Photo_058

Le dessert "Angélique" de Julie Rothhahn ne m'a plu qu'à moitié (la moitié gauche, sur la photo). Crème glacée à la vanille, coque croustillante aux amandes et gelée de rose étaient tout à fait convenable, mais le sirop de pamplemousse (rose fluo ?!) donnait un goût de sirop pour la toux infantilisant, l'impression d'un aseptique pris à la fin du repas. (pas très agréable, donc)

Photo_061

Les vins de Chapoutier étaient très bons, mais n'allaient pas du tout avec les plats. J'ai (enfin!) pu goûter le cépage Viognier, très curieux, et les côteaux du tricastin, fabuleux. (j'ai même un ami qui en a repris deux fois...).