Photo_068__50__

Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés

Tout a commencé par un incommensurable chagrin. Les provisions de légumes emplissaient déjà généreusement le panier : pas de Cocos (en juillet), mais des bottes de rhubarbes, des tomates formidablement parfumées (des noires de Crimée, des sicilo-bretonnes), des petits pois précieux. Le sac de langoustines vivantes et de sardines encore raides, surprises dans leur élan nocturne, nous trouverait plus tard chez le poissonnier. Notre fromager attitré, qui affine parfaitement ses chèvres, connaît bien Philippe Olivier et offre du basilic de son jardin, avait aussi répondu présent. Ne manquait plus à l'appel que notre boucher adoré, aux moustaches immenses, au ventre non moins impressionnant, aux pattes d'ours. Un ogre. Son gigot d'agneau nous plongeait dans une extase muette. Le lard grillé, aux saveurs caramel-moutarde, provoquait un recueillement profond. La viande des boeufs qu'il élevait lui-même était parfaite, exquisement persillée, parfumée. Il a plié boutique, las.

Photo_076__R_solution_de_l__cran_

Les six sardines incomparablement fraîches ont, pendant une heure, mariné dans le jus d'un citron, avec du sel, du poivre et quelques pluches de fenouil. Légèrement voilées d'une pâte à beignet aérienne (un peu de bière très blanche, quelques cuillères de farine et une de fromage blanc), légèrement frites et servies tièdes avec un soupçon de sauce tomate froide et une jolie salade, elles étaient parfaites.  

Photo_093__50__

Sur la plage, de rares baigneurs. Un enfant retourne avec un coquillage la méduse translucide échouée ; puis, tout en nous surveillant du coin de l'oeil, il enfonce dans la chair flasque une pierre. Dans l'eau des algues, bras visqueux caressants.

Photo_048__50__

Les coques furent ouvertes avec un peu de rosé, dans lequel trempaient céleri branche émincé et brins d'estragons, relevés de poivre. (il faut faire bouillir le vin dans une casserole à fond épais, puis y verser les coques rincées, couvrir et remuer de temps en temps jusqu'à ce que toutes soient écloses). Déshabillées, elles ont agrémenté délicieusement des linguine, servies avec quelques gousses d'ail et une échalotte émincée revenus dans l'huile, une pointe de piment d'Espelette, quelques tomates crues émincées, un voile de crème et du basilic. (je ne veux pas entrer dans les querelles d'école sur la nudité des coquillages dans les pâtes).

Photo_163__50__

Sur les rochers, étendue avec des nouvelles oulipiennes, je me suis impregnée de néant. Au crépuscule il faisait frais sauf à se lover contre la pierre encore chaude, les pieds nus transis, meurtris par les arêtes.

Dans le petit train touristique qui longe la côte, alors que son grand-père docile a le regard tourné vers la mer, l'enfant lui tourne le dos et scrute à la jumelle les terres brûlées par le soleil  

Photo_166__50__